2013

1er semestre

À Ker an Dero, les résidants ont fêté Mardi gras

Le déguisement fut de rigueur, mardi à la maison de retraite de Ker an Dero. Mardi gras oblige, la plupart des résidants ont ainsi joué le jeu avec beaucoup de plaisir. L'organisation de cet après-midi festif, qui avait pris l'allure d'un thé dansant, a été confiée aux élèves de la maison familiale rurale de Kerozar.

Ces jeunes sont en formation Bepa services aux personnes, dans le cadre d'un module d'animation, validé au niveau de leur examen final. « Les jeunes et les résidants ont fait connaissance une première fois autour d'un repas de crêpes pour préparer cette journée », informe Nadia Le Bouedëc, animatrice vie à la maison de retraite. « Je leur ai aussi appris comment danser avec les résidants qui sont en fauteuil roulant, car ce n'est pas évident la toute première fois », ajoute l'animatrice. Un exercice qui fut ensuite réussi à la perfection.

Au son de l'accordéon de Daniel Le Port, animant bénévolement cet après-midi, les jeunes ont invité les résidants à valser sur la piste, en maîtrisant parfaitement la danse avec fauteuil roulant ! [Ouest-France 14/02/2013]

Ker an Déro. Les Abeilles en spectacle.

le théâtre des Abeilles
le théâtre des Abeilles

C'était jour de fête, jeudi, à la résidence Ker an Déro. Le théâtre des Abeilles, de l'association Stand-Arts et de l'atelier thérapeutique artistique du centre hospitalier des Pays de Morlaix, était en représentation. Les quinze comédiens ont joué « C'est beau de l'air », une création de Blaithin Allain et du Théâtre des Abeilles, devant une assistance nombreuse et enthousiaste. La pièce évoque un aéroport, un oiseau et une panne informatique. La trame de l'histoire fait état d'un sabotage mais les scènes équivoques, source de rires, ont balayé progressivement cette hypothèse. Les passagers voyagent sur place, dans un espace-temps suspendu entre désir et rêve, zone de droit et de non-droit. Les résidants ont longuement applaudi les comédiens, qui seront bientôt en représentation au Théâtre du pays de Morlaix.[Le Télégramme - 2/03/2013]

La résidence Ker an dero a reçu le théâtre des Abeilles.

Belle après-midi théâtrale, vendredi à la maison de retraite de Ker an Dero. Les comédiens du théâtre des Abeilles ont présenté leur toute nouvelle création, C'est beau... de l'air. Le théâtre des Abeilles, de l'association Stand-Arts, est un atelier thérapeutique artistique du centre hospitalier des pays de Morlaix, intégré dans le parcours de soins des patients.

Quatorze comédiens, parmi eux également des soignants, accompagnés de Blaithin Allain, comédienne professionnelle, ont coécrit et mis en scène cette nouvelle pièce. L'histoire ? « Un aéroport, un oiseau, une panne informatique », voila les principaux

ingrédients. Un groupe de personnes a gagné un voyage. Une autre personne fait son apparition avec, en main, une cage et un oiseau. « Les passagers voyagent sur place, dans un espace-temps suspendu entre désir et rêve, zone de droit et de non-droit. » Une thématique qui interroge et qui a été suivie avec attention par le public. Une quarantaine de résidants qui ont chaleureusement applaudi cette troupe de comédiens qui sait allier émotion, humour et poésie. [Ouest-France 06/03/2013]

Les monts d'Arrée en photos à la maison de retraite

Jean-Paul Serandour, Michel Hélias, Nadia et les résidants devant les beaux clichés des monts d'Arrée
Jean-Paul Serandour, Michel Hélias, Nadia et les résidants devant les beaux clichés des monts d'Arrée

Le club photo plourinois est un hôte fidèle de la maison de retraite de Ker-an-Dero. Régulièrement, les photographes y installent leurs oeuvres. Et ceci depuis 2008. Ce mardi, c'est une nouvelle exposition qui a pris place dans le hall d'accueil de la résidence. Les monts d'Arrée illuminent ainsi cet espace.

Le président, Gilles Prigent, le secrétaire, Jean-Paul Serandour, et l'ancien président, Jean-Michel Hélias, ont donné le coup d'envoi de cette exposition. Nadia Le Bouëdec, animatrice de la résidence, les a remerciés de participer à cette ouverture sur l'extérieur de la maison de retraite. Michel Helias lui a répondu que « l'objectif d'une association, c'est aussi de partager ses passions avec les autres ».

L'exposition restera en place jusqu'au 30 avril. Elle est ouverte, comme d'habitude, à tout public. Quant aux résidants, ils vont découvrir, vendredi après-midi, plus en avant les photos à travers un jeu de reconnaissance des lieux et sites. [Ouest-France 12/04/2013]

Une chasse aux oeufs en différé à Ker an Dero

La chasse aux oeufs, cela peut se faire aussi après Pâques. C'est en tout cas ce qu'il s'est passé à la maison de retraite de Ker an Dero.

Les enfants du centre de loisirs, accompagnés des animatrices, Anne-Marie et Delphine, ont eu la surprise de pouvoir y dénicher ces trésors gourmands, mercredi dernier. Ensuite tous, enfants et résidants, ont partagé cette belle récolte chocolatée. Tout en poussant la chansonnette, avec l'espoir que le soleil se laisserait convaincre par ces notes toutes printanières ! [Ouest-France 15/04/2013]

La maison de retraite Ker an Dero est aussi un lieu de stage

Résidants, élèves et enseignants ont suivi attentivement la signature de la convention entre Renée Penndu, directrice de Ker an Dero, André Coriou et Yohan Milin.
Résidants, élèves et enseignants ont suivi attentivement la signature de la convention entre Renée Penndu, directrice de Ker an Dero, André Coriou et Yohan Milin.

La maison de retraite de Ker an Dero, les élèves de la Maison familiale et rurale de Kerozar la connaissent très bien. En formation bac pro service à la personne et au territoire, ils ont trouvé dans cette structure un accueil favorable pour effectuer leur stage pratique.

Afin d'officialiser ce partenariat, une convention a été signée mardi après-midi entre Ker an Dero, le CCAS et Kerozar. Ce même jour, les élèves avaient organisé un loto pour les résidants, les personnes bénéficiaires de l'aide à domicile et les résidants des logements indépendants, les T2, de Ker an Dero.

L'organisation de ces animations par les élèves constitue ainsi un autre élément de collaboration entre les deux structures. Une contribution qui a pu se concrétiser, entre autres, lors de la semaine bleue, sous les conseils de l'animatrice de la résidence, Nadia Le Bouëdec. Lors de la signature, André Coriou, directeur de Kerozar, a souligné « l'expérience extrêmement positive pour les élèves ».

Tout comme Yohan Milin, directeur du Centre communal d'actions sociales qui pointe « l'importance de cet échange entre les anciens et la jeune génération ». Une occasion « d'apprendre à mieux se connaître ». Autre point positif, la consolidation d'un terrain de stage. « Trouver un lieu de stage, c'est plutôt difficile », reconnaît l'une des élèves. [Ouest-France 19/04/2013]

Ti an Oll-Kerneguès expose à Ker-an-Dero

Les oeuvres du club de dessin et peinture de Ti an Oll-Kernégues apportent un rayon de soleil aux résidants de Ker-an-Dero
Les oeuvres du club de dessin et peinture de Ti an Oll-Kernégues apportent un rayon de soleil aux résidants de Ker-an-Dero

Jusqu'au 21 mai, une trentaine de tableaux a élu domicile à la maison de retraite de Ker-an-Dero. Une exposition proposée par le club de dessin et peinture de Ti an Oll-Kerneguès, qui prend place dans les différents espaces de la résidence. Une animation culturelle qui s'inscrit dans la démarche d'ouverture sur l'extérieur de la structure, et la poursuite des nombreux partenariats noués avec le tissu associatif de la commune. Un vernissage auquel ont assisté le président de Ti an Oll, Gaby Mayol, et le directeur de Ti an Oll, Ronan Perot. [Ouest-France 07/05/2013]

À Ker-an-Dero, c'était bal de mai, jeudi dernier

L'Embellie à la maison de retraite de Ker-an-Dero

L'attention des résidants était visible, samedi, lors de la présentation de la pièce « Où sont les enfants », par la troupe L'Embellie.
L'attention des résidants était visible, samedi, lors de la présentation de la pièce « Où sont les enfants », par la troupe L'Embellie.

Il y a deux mois, l'association de lecture à voix haute avait présenté sa pièce Où sont les enfants ?, à la salle des fêtes de Plougonven. Une pièce écrite lors d'un atelier d'écriture « Écouter-Lire », animé par l'homme de théâtre et écrivain, Ricardo Montserrat. L'adaptation et la mise en scène sont de Jannig Faujour, du théâtre de la Corniche, le théâtre de la Rive de Saint-Pol-de-Léon se chargeant de la régie.

Cette pièce parle de solitude, de la vieillesse et de l'univers clos d'une maison de retraite pour personnes dépendantes. Mais un espace, « l'entre-deux », permet des moments de décompression et d'échanges autour des souvenirs, le monde des livres et de la poésie.

Samedi, les résidants de Ker-an-Dero ont suivi les quinze personnages qui entrent en scène : professionnels du lieu, résidants, visiteurs. Et l'écoute était bien là. Le public était suspendu aux mots des personnages de cette troupe de lecteurs et acteurs. « C'est ça la vie, notre vie de vieux », a commenté l'une des résidantes, très émue.

« Les résidants ont trouvé cette pièce très réaliste. Une pièce qui leur a permis aussi de prendre du recul par rapport à la vieillesse », constate Nadia Le Boëdec, animatrice vie sociale à la résidence. [Ouest-France 05/06/2013]

Ker-an-Dero est devenu au fil de ses 20 ans, "la maison"

Renée Penndu avec à droite le maire, Jacques Brigant et des salariées
Renée Penndu avec à droite le maire, Jacques Brigant et des salariées

Samedi, la Maison de retraite de Ker-an-Dero, le village des chênes, a fêté ses 20 ans, à l'occasion du repas annuel des familles. 225 personnes étaient présentes. « Votre présence, nombreuse, prouve l'attachement et j'espère, le plaisir, que vous avez à venir dans votre maison », a souligné la directrice Renée Penndu.

Depuis son ouverture en juin 1993, Ker-an-Dero a accueilli 286 personnes, parmi eux quatre centenaire. Aujourd'hui 59 résidants y trouvent un espace de vie et un accompagnement. La moyenne d'âge est de 87 ans. L'âge des doyens est de 95 et 89 ans. « Comme vous le voyez, l'entrée en maison de retraité qui, sans doute, ne se fait pas toujours par choix, peut permettre de vivre encore de belles années, grâce à la vie sociale et aux activités adaptées, a poursuivi Renée Penndu, tout en insistant sur le côté social de l'accompagnement. Les frais de séjour gardent ce côté social ce qui range Ker an Dero dans les 15 premiers établissements du Finistère pour ses tarifs sociaux. »

Un accompagnement qui se fait grâce à une équipe toujours plus étoffée.

Les bénévoles, un maillon important.

D'une quinzaine au départ, ils sont aujourd'hui 45 professionnels à entourer les résidants. Le travail des bénévoles a également été souligné comme apportant un plus au niveau des loisirs, de la stimulation et du lien social.

Johan Milin, directeur du CCAS, a rappelé les projets d'agrandissement qui vont encore ouvrir un peu plus la maison de retraite sur la cité et répondre de façon toujours plus ciblée aux problèmes de la personne dépendante et désorientée. Il y a ainsi le projet « d'une vraie place du village pour privilégier échanges et rencontres, un accueil de jour spécifique, une refonte du pôle logistique et un pôle de soin mieux identifié, et aussi sept nouvelles chambres ». Proximité, bien-être et intégration des aînés dans le tissu social de la commune resteront la priorité de ce village des chênes. [Ouest-France 19/06/2013]

Ker an Dero. Les 20 ans bien fêtés

Pour les 20 ans d'existence de la résidence Ker an Dero, le CCAS avait mis les petits plats dans les grands, samedi. Plus de 200 personnes, familles, amis, personnel et membres du CCAS, s'étaient déplacées pour marquer l'événement. L'animation était assurée par Hubert Saillour et ses musiciens et la chorale de Ker an Dero.
Des travaux de grande ampleur
Après avoir remercié chaleureusement Renée Penndu, directrice de l'établissement, et les élus venus partager le repas, Johan Milin, directeur du CCAS, a évoqué le projet d'extension de Ker an Dero. « Celui-ci vise à transformer l'accueil et la salle d'animation en une véritable place d'orientation, une place du village. Il s'agit également d'agrandir les espaces de restauration et restructurer la cuisine et l'ensemble du pôle logistique. La résidence regroupera de nouveaux services : le pôle d'action sociale, un nouvel espace pour accompagner les personnes souffrant de la maladie d'Alzheimer, un pôle de soins, des salles multi-activités et des chambres nouvelles ». Le montant de cet ambitieux projet s'élève à 4,8 M€. [Le Télégramme 19/06/2013]

2ème semestre

À Ker-an-Dero, les mariages d'autrefois en exposition - Plourin-lès-Morlaix

Marthe Le Clech, entourée de Jean-René Poulmarc'h et Christian Morvan de la Maison des Kerhorres, et l'animatrice Nadia Le Bouedëc, lors du vernissage.
Marthe Le Clech, entourée de Jean-René Poulmarc'h et Christian Morvan de la Maison des Kerhorres, et l'animatrice Nadia Le Bouedëc, lors du vernissage.

« Cette exposition n'est pas figée, c'est à vous de la faire vivre », annonce Nadia Le Bouëdec, animatrice à la maison de retraite de Ker-an-Dero, lors du vernissage, mardi dernier. « Les mariages d'autrefois », voilà le thème de cette nouvelle exposition de la résidence, et qui restera en place jusqu'à fin août. Une quarantaine de panneaux retracent l'histoire du mariage en Bretagne avec aussi des photos de mariage des résidants. Des panneaux de l'ancienne association des cartophiles qui appartiennent aujourd'hui Aux amis de la Maison des Kerhorres du Relecq-Kerhuon dont l'objectif est la collecte et la mise en valeur du patrimoine. L'exposition servira également de support aux ateliers Discussion et témoignages, organisés tous les mardis avec les résidants. Cinq thèmes seront abordés : la rencontre, la demande en fiançailles et mariage, les préparatifs du mariage, le mariage et le retour des noces. Le premier atelier, mardi, fut animé par une spécialiste du patrimoine breton et local, Marthe Le Clech. Lors de cette causerie, elle a également présenté son nouvel ouvrage, Se marier en Bretagne. Un ouvrage truffé d'anecdotes, très richement documenté et illustré qui a donné lieu à un échange très émouvant avec les résidants partageant leur souvenir avec l'historienne. [Ouest-France 20-07-2013]

Les résidants de Ker an Dero sur l'aire de pétanque - Plourin-lès-Morlaix

L'aire de pétanque avec une joyeuse équipe de retraités, jeunes et moins jeunes, tous réunis par la même passion.
L'aire de pétanque avec une joyeuse équipe de retraités, jeunes et moins jeunes, tous réunis par la même passion.

À la maison de retraite de Ker an Dero, les résidants participent régulièrement à des rencontres ou animations. Soit à la résidence, soit à l'extérieur. Jeudi dernier, sept d'entre-eux ont traversé la route pour se rendre juste en face, à Ti an Oll. Plus précisément sur l'aire de pétanque, où les attendaient 37 membres de l'amicale des retraités. Une rencontre organisée par l'un des adhérents, Jean Yves Crom, en collaboration avec l'animatrice de la résidence, Nadia Le Bouëdec. François Louis Abgrall, Albert Perrot, Louis Bail, mais aussi les dames, Cécile Bourdoulous, Mme Creignou et Luise Mazé ont ainsi retrouvé le plaisir du jeu. « Quand mes enfants sauront ça, ils ne me croiront pas ! » s'est exclamée avec bonheur Mme Creignou. « Soleil, amitié, partage et rencontre : quels meilleurs ingrédients pour passer un moment agréable ensemble entre retraités », commente Nadia. [Ouest-France 23/07/2013]

Le centre de loisirs rend visite à Ker an Dero - Plourin-lès-Morlaix

Les rencontres intergénérationnelles, entre le centre de loisirs de Ti an Oll et la maison de retraite de Ker an Dero, se poursuivent aussi pendant l'été. Jeudi, les enfants âgés de 3 à 5 ans ont préparé, en matinée, à Ker an Dero, avec les résidants, une salade de fruits, dégustée l'après-midi par les résidants au centre de loisirs.

Vendredi après-midi, jeunes et moins jeunes se sont de nouveau retrouvés grâce à la mini-ferme pédagogique de Marie, de Kermorgant au Cloître-Saint-Thégonnec. Une ferme qui a installé sa basse-cour sur le parvis de la maison de retraite, avec ses lapins, poules et cochons d'Inde. Chacun a pu toucher, caresser et nourrir ces visiteurs pas comme les autres. « C'est très important pour le développement de l'enfant, cette relation avec un animal. Il apprend aussi à respecter l'animal. Comment le porter, comment le toucher, sans lui faire mal », souligne Marie Cauvin, qui accueille le public chez elle, notamment les assistantes maternelles, mais qui installe aussi sa ferme dans les écoles, ou comme cet été, au marché du lundi à Guerlesquin. [Ouest-France 28/08/2013]

La mini-ferme de Marie sème le bonheur à Ker-an-Dero - Plourin-lès-Morlaix

La mini-ferme de Marie ? Que du bonheur pour cette résidante de Ker-an-Dero !
La mini-ferme de Marie ? Que du bonheur pour cette résidante de Ker-an-Dero !
Vendredi dernier, « Nos amis les bêtes » s'invitaient à la maison de retraite de Ker-an-Dero. La mini-ferme pédagogique de Marie Cauvin du Cloître-Saint-Thégonnec avait fait une halte sur le parvis de l'établissement. Poule, lapin, cochon d'Inde ont semé la bonne humeur parmi les résidants, dont certains ont pu renouer avec les souvenirs et leur vie d'antan. Chacun a pu prendre un animal sur ses genoux. Les sourires étaient là, et les caresses avec. « Les caresses, c'est si important. Moi, j'appelle ma mini-ferme, la caressothérapie », insiste Marie Cauvin qui fait cette démarche dans les écoles, dans les manifestations comme, tout dernièrement au festival Entre terre et mer, où le public a la possibilité de toucher, de caresser, de retrouver des sensations avec ces compagnons qui font le bonheur, non seulement des enfants, mais aussi des adultes. Isolement, solitude, pertes de repères, ces maux de notre société moderne et stressante peuvent être soignés, sans ordonnance, avec un animal que l'on choie. « Mon but, c'est d'apporter du bonheur. Je dis souvent que c'est un réseau d'aide naturelle que j'essaye de créer avec ma mini-ferme », souligne encore Marie Cauvin, caressothérapeute ! [Ouest-France 30/08/2013]

Centre de loisirs. La mini-ferme fait... un effet boeuf

Les enfants du centre de loisirs de Ti-an-Oll et les résidants de Ker an Dero s'étaient donné rendez-vous sur le parking de la résidence pour passer un temps ensemble et découvrir les animaux de la mini-ferme de Marie Chauvin, du Cloître-Saint-Thégonnec. Lien relationnel entre générations « Mon but est avant tout pédagogique et d'établir un relationnel entre les générations », explique Marie Chauvin. Lapins, cochons d'Inde, poules ont reçu les attentions les plus grandes des participants. « Ma mini-ferme, c'est un centre de caressothérapie », ajoute Marie Chauvin. Et de fait, chacun a pu prendre sur ses genoux les animaux de la mini-ferme et établir un tête-à-tête privilégié pendant quelques minutes. Cette rencontre a eu le mérite de donner du bonheur aux enfants et aux résidants. [Télégramme 01/09/2013]

Partagez ce site

en un clic !